top of page
  • Joël GUERRIAU

Mon intervention sur la ZFE


Monsieur le Ministre,


Garantir la qualité de l’air et ainsi protéger notre santé sont absolument essentiels. Cela signifie réduire nos émissions polluantes contribuant à la formation de particules fines.


Les réflexions que nous avons eu dans cet hémicycle concernant les Zones à Faibles Émissions furent intenses, ce qui démontre la complexité et surtout la nécessité de trouver des solutions efficaces.


Les premières applications ont déjà commencé avec une nouvelle étape depuis 10 jours concernant les restrictions ou interdictions de circulation pour les véhicules Crit’Air 5 dans certaines zones.


À ce sujet, quand pourrons-nous avoir les premiers retours d’expérience des métropoles qui mettent en place leur ZFE, comme c’est le cas sur le département de Loire Atlantique ?


Plus largement, le questionnement porte sur le parc automobile français et ses évolutions possibles. Je pense notamment à sa décarbonation, mais aussi à l’objectif de fin de la vente de véhicules à moteur thermique neufs en 2035.


Les intentions de bien faire ne se heurtent elles pas aux réalités techniques et entrepreneuriales ? Aujourd’hui, certaines études mettent en doute la consommation en carburant des hybrides rechargeables sur longue distance dès lors qu’ils ont épuisés leur faible autonomie électrique. La possibilité pour les constructeurs français de créer des voitures électriques compétitives interroge. Le maillage territorial pour les bornes de recharge électrique et les stations hydrogène apparaît loin d’être suffisant.


Quels sont les obstacles identifiés au développement d’un maillage territorial suffisant et les prochaines étapes envisagées en France ?



3 vues0 commentaire
bottom of page